Forum du Stress au Travail

Forum du Stress au Travail

Cul de sac tout le tour

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour tout le monde, j'ai besoin d'exprimer ma situation ici car je me sens vraiment dans un cul de sac. Voilà, ça fait 21 ans que je travaille dans la fonction publique. Je suis intervenant et j'aime le travail avec la clientèle. Le hic c'est que la lourdeur administrative est très contraignante,comme par exemple j'ai vraiment développé d'excellentes habiletés d'intervention dans mon domaine mais je me heurte à l'incompréhension de mes jeunes gestionnaires, beaucoup moins expérimentées et très carriéristes. Je suis en arrêt de travail depuis fin octobre car je n'en pouvais plus. Ma nouvelle patronne qui était ma collègue me fait la vie dure et elle a l'appui de ses boss pour ce faire. Pour une connerie, j'ai été convoqué en rencontre disciplinaire, puis après ils m'ont dit qu'il n'y avait pas matière, sauf qu'ils m'ont quand même puni en me retirant le droit à un horaire comprimé. J'ai fait appel à mon syndicat et je n'ai pas leur appui, bien que le représentant me dit "ils t'ont dans le colimateur!" J'ai dû libellé moi-même mon grief dans lequel je demande des excuses de la part de l'employeur notamment. Mon représentant a tardé à déposer mon grief, tentant de me dissuader de le faire car dit-il l'employeur ne s'excusera jamais et qu'après avoir parlé au directeur, celui-ci présentait une ouverture pour me redonner mon horaire... J'étais choqué, doublement blessé; d'une part parce que j'ai subi et d'autre part par le syndicat. Je ne sens aucun appui. Mes collègues fuient, tant qu'ils ont la paix de leur côté et ils doivent se dire que c'est moi qui ne suis pas docile... Je ne peux supporter de me contenter que d'appliquer bêtement les règles; j'ai besoin de me servir de mon intelligence et après tout, je ne peux pas ignorer ce que je sais, ce que j'ai appris au cours de toutes mes années d'expérience! Là, je suis vraiment au désespoir. Je ne me sens pas capable de reprendre le boulot mais en même temps, je n'ai pas les moyens de ne pas y aller et d'être au chômage, ce qui signifie une grosse baisse de revenus... J'attends une réponse pour du financement, ce qui me donnerait au moins le temps de récupérer davantage et de ne pas devoir précipiter mon retour. Je cherche un autre travail également. C'est qu'il me reste 3 ans 10 mois avant de pouvoir prendre ma pension de ce ministère. J'ai pensé faire une demande à la CSST pour maladie professionnelle, mais je sais que je ne supporterais pas un refus de leur part. Je suis à bout de force pour me battre. La dernière semaine de travail, je me suis surpris à avoir peur une fraction de seconde qu'on vienne me chercher quand j'ai entendu monter l'escalier mon collègue d'un pas rapide... C'était quelques jours après ma convocation à la disciplinaire injustifiée, alors c'est comme si dans ma tête je me disais qu'après cela, que mon employeur n'avait aucune limite pour me blesser. Si ce n'est pas un traumatise ça... Qu'en pensez-vous?

0 appréciations
Hors-ligne
Vous n'êtes pas un idéaliste, vos aspirations sont légitimes !

Cependant, il va falloir trouver les mots pour vous faire entendre, et je sais que ce n'est pas facile.

Vous avez envie de vous servir de votre intelligence et c'est bien naturel, mais qu'est-ce que les autres ont à y gagner ? Comme vous le savez, chacun voit midi à sa porte et si vous voulez obtenir gain de cause, il va falloir trouver les mots, les arguments permettant d'expliquer à chacun de vos partenaires, ce qu'il gagnera à avoir à ses côtés un collaborateur épanoui.

Prenez le temps de vous placer mentalement à la place de chacun : de votre boss, puis de vos collègues, puis de votre représentant syndical. Ainsi vous verrez ce que chacun peut gagner à vous faire confiance, mais aussi ce que les uns et les autres peuvent craindre et en quoi il est important de les rassurer.

Vous avez peut-être plus de pouvoir que vous ne le pensez : si vous travaillez dans une admninistration et que vous avez la sécurité de l'emploi, cela vous donne un pouvoir considérable, y compris sur vos chefs, qui sont obligés, qu'ils le veuillent ou non, de vous supporter ! Pensez-y quand vous les croisez dans le couloir... Et si vous n'avez pas la sécurité de l'emploi, et qu'ils ne vous ont toujours pas mis dehors, c'est qu'ils tiennent à vous !

Vous voyez, vous êtes plus fort que vous ne le pensez ! Ayez confiance, vous allez y arriver.
Animateur du forum

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 109 autres membres